Feeds:
Articles
Commentaires

Voici la traduction d’un texte que j’ai mis en ligne ce matin sur mon blog hébreu. Il permettra aux non hébraîsants de connaître ma position. Mais il nécessite des explications pour les non initiés. C’est pourquoi j’ai mis quelques liens en bas de page.


La Loi sur l’Etat-Nation a été votée par la Knesset en seconde et troisième lecture lors de sa dernière séance plénière avant les vacances d’été. Cette loi est surtout l’expression de la grande faiblesse de ce gouvernement de droite sous la houlette de Bibi Netanyahou, dirigeant quatre fois élu du Likoud. Cette loi aimerait se substituer au texte de la Déclaration d’Indépendance d’Israel qui fut publiée le 14 Mai 1948 dans le Journal Officiel et lue par Ben Gourion le 15 Mai lors de la cérémonie historique de la création de l’Etat d’Israel. Texte qui a force de Constitution et de Loi.
Le texte de la  nouvelle loi est la version « modérée » d’un texte initial et il est d’autant plus intéressant de connaître ce texte initial afin de mieux comprendre quel est l’agenda politique de la coalition majoritairement à droite  au pouvoir. Un agenda clair et transparent qui veut délégitimer le statut des arabes minoritaires en Israel et par la même occasion celui des israéliens de gauche qui sont, comme moi, pour la solution de deux pays pour deux peuples.
Le gouvernement de droite actuel est en quelque sorte la prolongation de l’idéologie de l’Irgoun, cet organisme illégal qui refusa le plan du partage de la Palestine en 1947 en deux états, Israel et la Palestine, considérant qu’Israel devait s’étendre aux deux rives du Jourdain. En fait si l’Irgoun avait été aux commandes en 1947 il y a de fortes chances que l’Etat d’Israel n’eût pas existé.
Cette Loi d’Etat-Nation risque de transformer Israel en un état juif non démocratique. Une forme de sous-Apartheid, chose qui réjouirait les ennemis d’Israel, de sa souveraineté, de sa légitimité et de son existence, et parmi eux anti-sionistes et antisémites confondus qui accusent le sionisme de racisme. Mon gouvernement actuel sème la haine tant à l’extérieur qu’à l’intérieur du pays.
Nous sommes dirigés par un « gouvernement Altalena », ce bateau qui n’a jamais jeté l’ancre dans la réalité d’Israel, à la différence près que ses « combattants » d’aujourd’hui sont des politicards minables encravatés qui ont su jouer des coudes dans leurs sections locales, des ambitieux sans scrupule qui disent défendre les plus défavorisés quand ils sont en campagne mais leur pissent dessus une fois élus depuis leur fauteuil confortable à la Knesset, auquel ils ont les fesses bien vissées, proches du gâteau en lèche-botte de Bibi, espérant ainsi garantir leur survie politique.
Quant à Bibi il est le fils d’un éminent historien révisionniste de droite qui fut opposé au plan de partage de la Palestine décidé par les Nations Unies en Novembre 1947.
L’Altelana termina en naufrage et il ne me reste plus qu’à espérer que la gauche démocratique libérale israélienne minoritaire fera entendre sa voix avec plus de force.
Pour en savoir plus
http://mfa.gov.il/MFA/MFAFR/MFA-Archive/Pages/La%20Declaration%20d-Independance%20d-Israel.aspx
https://fr.wikipedia.org/wiki/Irgoun
https://fr.wikipedia.org/wiki/Altalena

Etat-Nation

Dessiné pour « Regards » mensuel du CCLJ, Bruxelles
Gaza Summer 2018

Bravo! Le meilleur a gagné!
France en finale

Dessin génial de mon ami suisse Chappatte. Un régal pour les amateurs de foot et de BD dont je suis!
Chappatte

Que le meilleur gagne!
France Belgique

Avec son documentaire monumental « Shoah », Claude Lanzmann a laissé un témoignage impérissable à l’humanité entière.
Claude Llanzmann

Ce dessin que j’avais réalisé en 2010 quand Simone Veil fut nommée à l’Académie Française me parait plus actuel que jamais. Elle est saluée à la fois par un Garde Républicain et par un rescapé juif de la Shoah portant le drapeau tricolore, car son identité était française et juive. Et rescapée elle aussi de la Shoah. Son corps est donc passé par le Mémorial de la Shoah de Paris avant de rejoindre les Grands de la Nation au Panthéon. Et ce n’est que « justice » historique.
Simone Weil

%d blogueurs aiment cette page :