Feeds:
Articles
Commentaires

Gérard Vandenbrouck nous a quitté après un combat acharné contre le cancer. Il a initié il y a 38 ans le Salon du Dessin de Presse et d’Humour dans son petit village limousin de Saint-Just-le-Martel, rendez-vous annuel du métier qui est devenu incontournable et est passé de rencontre locale à une grande rencontre internationale. Sous l’impulsion de Gérard, Maire du village et élu régional, le Centre Permanent du Dessin de Presse et d’Humour a été construit et abrite aujourd’hui le Salon et des expositions toute l’année durant. Il avait mobilisé les bénévoles du village pour l’aider à monter le Salon et à héberger les invités.
Le Salon a honoré les grands noms du métier du « Prix de l’Humour Vache » puisque la vache limousine est un symbole régional fort.
Gérard s’est engagé aux côtés de Plantu pour promouvoir Cartooning for Peace et participer à une quadruple opération dans quatre villes en Israel et Palestine en 2008.
Le Salon de Saint-Just perd son visionnaire et son architecte. Par lui, le monde du dessin de presse a gagné en reconnaissance, en dynamisme et en visibilité.
Son départ est aussi une grande perte pour sa belle famille qui l’a toujours soutenu dans son parcours politique et culturel.
Je n’ai quasiment manqué aucun Salon depuis 2002 et ai été honoré du Prix de l’Humour Vache que j’ai partagé avec mon ami Khalid Geddar du Maroc en 2016, ce qui nous a valu de réaliser ensemble l’affiche du 36ème Salon.
Je décerne à Gérard, à titre posthume, le Prix de l’Amour Tendre.
Gérard 2019
Dessin de Plantu
Plantu Gérard

V01-18649-400xH600-V1 copie

 

 

 

 

Site du Salon: https://st-just-humour.fr

Affiches du salon: https://st-just-humour.fr/index.php/le-salon-de-la-caricature/la-galerie-des-affiches-du-salon

Iran 2019

La République Islamique d’Iran a 40 ans. Quarante années d’extrémisme, d’oppression, de menaces, de course au nucléaire, de terreur locale et régionale, de guerre, de financement de la terreur internationale, de sanctions, de mensonges. Les premières victimes étant les iraniens eux-mêmes.
Joyeux anniversaire!
IRAN 1979-2019

Ce tag dans le RER est-il l’expression d’un français malade ou d’une France malade?
Mon diagnostic est que le racisme le plus abject qui inclut en premier l’antisémitisme, puis la xénophobie, l’islamophobie, le rejet des personnes de couleur en général et l’homophobie au passage, ont gangrené la France entière. Une maladie honteuse qui répand son poison sur la Toile dans une sorte d’indifférence lassée et de défaitisme.
M'Bappé
Photo reprise d’un tweet de

Aujourd’hui, journée commémorative de l’assassinat d’Ilan Halimi il y a 13 ans, je n’ai rien à ajouter à l’article de Laurent Joffrin paru hier dans Libération. Si ce n’est mon modeste dessin.

Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

Complotisme et antisémitisme

L’hydre toujours renaît, insidieuse ou brutale, diffuse ou violente. D’une année sur l’autre, les actes antisémites ont progressé, selon les statistiques officielles, de 74%. Chiffre effrayant, même s’il s’agit d’une résurgence après deux années d’accalmie.

On ajoute souvent, à juste titre, que des actes de même nature frappent aussi les musulmans ou les catholiques. Mais si on voulait y voir une équivalence, elle serait en trompe-l’œil. Ces agressions antisémites, verbales ou physiques, visent une minorité bien plus petite que les autres. Un sinistre ratio glace le sang : alors qu’ils forment à peine 1% de la population, les Français juifs subissent la moitié des attaques racistes recensées dans le pays. Décourageante persistance de ce mal français multiséculaire, que rien, ni la pédagogie, ni la sanction, ni la réprobation des autorités les plus diverses, ni le souvenir du génocide nazi, ne semble pouvoir réduire. Le premier réflexe est celui de la solidarité. Que nos compatriotes juifs soient insultés, harcelés, jusqu’à rendre leur vie quotidienne difficilement supportable et, dans certains cas, que cette haine ambiante aille jusqu’au meurtre, tout cela souille le drapeau de la République d’une tache de déshonneur. Cela intime aux autorités, et à toute la société, le devoir de réagir avec une ardente énergie.

On a diagnostiqué, il y a une dizaine d’années, le développement d’un «nouvel antisémitisme», lié à la montée de l’intégrisme islamiste, aux préjugés qui prévalent dans certains quartiers populaires, aux dérives d’un antisionisme qui cache mal une hostilité viscérale envers les juifs. Il est toujours à l’œuvre, à coup sûr. Mais les flambées précédentes étaient souvent liées à des spasmes du conflit au Moyen-Orient. Rien de tel en 2018 : il faut craindre que la résurgence du mal ait aussi d’autres racines.

La brutalisation du débat public, lié à la montée des partis extrêmes – même si leurs directions condamnent sans ambages toute agression de ce genre – compose une atmosphère propice aux débordements, alliée à cette fausse liberté de certaines régions du Net, qui n’est qu’une complaisance à l’égard des pulsions les plus délétères. Plus précisément, le succès numérique de la «fachosphère», qui draine, sans pratiquement aucun contrôle, des audiences de plus en plus larges sur la Toile, facilite les passages à l’acte, dont on a vu les incarnations morbides en marges de certains défilés de gilets jaunes.

Il est renforcé par un travers de plus en plus répandu, à dessein ou inconsciemment : le tropisme complotiste d’une partie croissante de l’opinion et de certains leaders politiques ou intellectuels. Ainsi la dénonciation obsessionnelle de forces plus ou moins obscures, d’oligarchies de l’ombre, de tireurs de ficelles de la finance, de réseaux subreptices et indistincts, est l’antichambre des clichés éculés mais toujours actifs inaugurés au XIXsiècle dans la France juive de Drumont, premier bréviaire français de la haine antijuive. Entre conspirationnisme et antisémitisme, le cousinage est étroit. Ceux qui professent le premier favorisent le second.

Antisemitisme France 2019

Tomi Ungerer vient de nous quitter. Aujourd’hui je me sens un peu orphelin.
Un des illustrateurs et auteurs les plus importants du vingtième siècle. Un maître pour des générations de créateurs. Un dessinateur au trait ferme, fort, sensible, spontané, violent quand il le fallait, mordant, unique. Un maître pour des générations d’illustrateurs parmi lesquels je compte avec nombre de collègues et d’amis. Un fervent anti-militariste, pacifiste. Un amoureux de la vérité, de la liberté, de l’homme, de l’enfance, de la nature. Un créateur prolifique qui laisse au monde un héritage d’une rare richesse.
En novembre 2016 pour célébrer ses 85 ans, le Musée Ungerer de Strasbourg, sa ville natale, avait organisé une exposition en son honneur, invitant 100 dessinateurs à créer un dessin qui lui ressemble. Voici le mien.
Son oeuvre est gravée à jamais dans mon coeur ainsi que le souvenir de notre rencontre lors du vernissage.
Salut Tomi!
Ungerer 85

L’hiver 2019 est celui de la campagne des élections anticipées du 9 Avril. Donc l’hiver sera chaud, sans aucun rapport avec le réchauffement climatique.
israel hiver chaud
Dessin réalisé pour Regards

Ganz

Ganz, ancien chef d’état-major, se pose en candidat face à Bibi en promettant dans son premier discours d’être son contraire. Bibi quant à lui s’empresse de l’accuser, comme si c’était un crime, d’être de gauche, parti que Ganz est loin de représenter.
ganz 2019

%d blogueurs aiment cette page :