Feeds:
Articles
Commentaires

Pagina 21

Deux de mes dessins récents dans le magazine italien Pagina 21 publié par Libex
du Centro Euro-Mediterraneo LibrexpressionLibex, Fondazione Giuseppe Di Vagno.
Le premier sur Hong Kong et le pouvoir central du Big Brother de Pékin, le second en hommage à Ennio Morricone.
https://www.pagina21.eu/michel-kichka-3/libex/
https://www.pagina21.eu/michel-kichka-4/libex/
Ennio-Morricone

 

Une planche « La pirogue » de Franquin adjugée pour 337,600 Euros aux enchères. Un prix record pour l’auteur considéré comme le père de Spirou qu’il n’était pas, puisque c’est Rob Vel qui l’a engendré en 1938 pour le lancement de l’hebdo Spirou. Il a été ensuite repris par Jijé puis est passé aux mains de Franquin qui a définitivement donné au petit groom une dimension telle que Spirou et ses amis ont poursuivi leur aventures sous les plumes d’auteurs tels que Fournier, Tome et Janry, Morvan et Munuera, Schwartz et Yann, Emile Bravo, pour ne citer qu’eux. Un véritable phénomène dans l’histoire de la BD belge.
Mon enfance belge s’est passée entre le journal de Spirou et celui de Tintin, ma préférence intuitive de gosse allant toujours à Franquin. Dans le bras de fer entre l’école de Marcinelle et l’école d’Hergé, mon coeur a fait son choix quand j’ai eu 6 ans. Il ne faut pas oublier que Spirou c’est aussi une galerie de personnages légendaires tels que Fantasio, Spip, Marsupilami, Champignac, Zorglub, et…l’immense Gaston Lagaffe! Et qui dit Gaston dit Monsieur De Mesmaeker, Mademoiselle Jeanne et les autres.
Franquin a été pour moi un véritable maître et j’ai eu la joie de le lui dire et de l’en remercier lors d’une rencontre en tête-à-tête chez lui en 1994.
Franquin

Ennio Morricone est lié pour moi aux spaghetti-westerns que je courais voir quand j’étais ado et ensuite à l’histoire du cinéma du XXème siècle. Un génie qui restera pour beaucoup d’entre nous la bande son d’une époque.
Ennio-Morricone

PS: le gamin sur la photo c’est moi le jour de mes 5 ans.

Supplément de Courrier International pour lequel j’ai dessiné un portrait de Ibram X.Kendi, historien américain spécialiste sur la question de l’antiracisme aux USA.
X Kendi

La Chine a imposé sa Loi de Sécurité Nationale à Hong Kong. La bulle de liberté et de démocratie dont jouissait encore Hong Kong, écrasée du pied par le Big Brother de Pékin avec le concours d’un virus microscopique dont la Chine cache encore la réelle ampleur au monde.
Ce dessin est le fragment d’un poster que j’ai créé en 1997 pour une agence de tourisme hong kongaise. J’y ai juste ajouté ça et là « Big Brother is watching you ».
Hong Kong Pekin

Je choisis de paraphraser la célèbre citation d’Henrich Heine : »Là où on brûle les livres, on finit par brûler des hommes » pour tenter d’exprimer le plus justement possible ce que je ressens au vu des statues liées au passé esclavagiste que des foules détruisent, profanent ou balancent dans le fleuve, en Amérique, en France ou ailleurs. Ces destructions sont des actes à la fois primaires et primitifs. Primaires et d’une très grande violence car ils sont ni plus ni moins des lynchages publics. Même symboliques ils restent des lynchages. Primitifs car ils s’apparentent aux destructions des statues des Bouddhas par les Talibans et à celles des trésors de l’héritage islamique par les terroristes de Daesh que le monde occidental a été le premier à critiquer. Je ne compare même pas aux autodafés et à la Nuit de Cristal perpétrés par le régime nazi d’Hitler.
Ce déploiement de violence, de fureur et de rage est aussi une tentative vaine et inutile de vouloir effacer l’Histoire ou, pire, de la réécrire comme l’ont fait et le font certains régimes. Faire face à l’histoire est le défi qui mérite d’être relevé. La connaître, la reconnaître, l’enseigner, en tirer le leçons possible et par là-même éduquer à une meilleure société,.
La mise au rebus d’Autant en emporte le vent est aussi ridicule que le procès intenté à Tintin au Congo en 2010, quatre-vingts ans après sa publication. Si on se confine dans la « logique » de ces actes et de ces procès, alors allons-y gaiment, brûlons tous les livres d’histoire du monde, et pourquoi pas les textes dits saints de toutes les religions, sources de tant de guerres, de morts, de sang d’innocents, de détresse et de persécutions. Et quand on aura tout brûlé et tout balancé dans le fleuve, on fera quoi? Ça s’arrêtera où?
Gone‭ ‬with‭ ‬Wind‭

Pagina 21, journal italien édité par le Centro LIBREXPRESSION de la Fondazione Giuseppe Di Vagno.
Pagina 21

Il est grand temps que les américains se ressaisissent!
John Bolton

Dans le cadre de la série de rencontres zoom en français mise en place par Yad Vashem, je suis heureux de vous inviter à me rejoindre :
Ce mardi 23 juin, à 19h (heure de Paris)
Je rendrai un hommage à mon père à travers nos dessins croisés.
L’intitulé : Henri Kichka, rescapé de la Shoah, un destin en dessins
Pour participer à la conférence >>> https://us02web.zoom.us/j/83612218407#success)

Yad Vashem Papa

Le Petit Hebdo (New) est un magazine francophone de qualité publié à Jérusalem. Peu de temps avant le confinement, j’ai rencontré le directeur de la publication et la rédactrice pour une interview. L’article vient de paraître.
https://reader.cafeyn.co/fr/21551762/21602754
Kichka LPH-1Kichka LPH-2

%d blogueurs aiment cette page :